Psychanalyste

Docteur en Psychologie
(Univ. européenne de Bretagne)

Master en psychologie clinique
(Univ. de Paris 7 - Paris Diderot)

Docteur en Philosophie
(Univ. de Paris 4 - Sorbonne)

Maîtrise en Philosophie
(Univ. de Paris 1 - Panthéon-Sorbonne)

Membre de la Société Psychanalytique du Luxembourg

Éditeur: The Other Scene. Psychoanalysis and its Applications
Adminstrateur: Psychanalyse.lu
Cabinet

111, rue des Maraîchers
L-2124 Luxembourg (Kirchberg)
Tél.: (+352) 26 00 82 19
E-mail: thsimonelli@gmail.com



Nouveau

Homo Oeconomicus (2016 - Radio 100,7)

  1. Mënsch, Individuum, Sujet: eng kuerz Geschicht (14. September 2016) [Audio]
  2. Den Individuum a säin Eegentum (21. September 2016) [Audio]
  3. De fräien Mënsch um fräien Maart (28. September 2016) [Audio]
  4. De Mënsch als Kapital (5. Oktober 2016) [Audio]
  5. Management a Coaching (12. Oktober 2016) [Audio]
  6. Midd an depriméiert op der Aarbecht (19. Oktober 2016) [Audio
  7. Kraaft a Freed duerch Psychotherapie (26. Oktober 2016) [Audio
  8. Wirtschaft a Perséinlechkeet (2. November 2016) [Audio]




Thierry Simonelli & Siegfried Zepf (Hg.)
Verstehen und Begreifen in der Psychoanalyse

Gießen: Psychosozial-Verlag, 2015.


Seit den 1990er Jahren erfährt die Psychoanalyse aufgrund der Professionalisierung der Psychotherapie eine immer stärker werdende Reduzierung auf die Psychotechnik. Die praktisch-theoretische Dialektik, aus der die Psychoanalyse Freuds entstand, wird dadurch aufs Empfindlichste gestört. Alfred Lorenzer gehörte zu den Analytikern der Nachkriegszeit, die nach Lösungen für das von Habermas postulierte »szientistische Selbstmissverständnis« der Psychoanalyse suchten.
Geprägt von der Diskussion über den wissenschaftlichen Stellenwert der Psychoanalyse versuchte er die Rolle der Psychoanalyse in der Gesellschaft und ihr Verhältnis zur Soziologie neu zu überdenken. Die Beiträger widmen sich den verschiedenen Aspekten von Lorenzers Ansätzen, entwickeln diese weiter und zeigen neue zeitgemäße Perspektiven auf.

Mit Beiträgen von Helmut Dahmer, Sebastian Hartmann, Hans-Dieter König, Alfred Lorenzer, Bernd Nissen, Gunzelin Schmid Noerr, Thierry Simonelli, Hans-Volker Werthmann und Siegfried Zepf.





Destruction de langage et reconstruction
Travaux préliminaires à une métathéorie de la psychanalyse

Traduit de l’allemand et présenté par Thierry Simonelli.

Montréal : Éditions Liber, collection « Voix Psychanalytiques », dirigée par Michel Peterson, avril 2013.

Pour avoir souligné les fondements intersubjectifs de la psychanalyse et l’importance de l’envisager comme savoir et pratique interdisciplinaires, Alfred Lorenzer (1922-2002) a laissé une marque importante dans la psychanalyse et la pensée allemandes de la fin du vingtième siècle. Son premier ouvrage, Destruction de langage et reconstruction, et la nature de la compréhension en psychanalyse qu’il met au jour, a notamment influencé Jürgen Habermas dans la reconstruction de la psychanalyse freudienne. Lorenzer y soutient le caractère rigoureusement idiographique de la démarche analytique et entreprend de développer une herméneutique qui tienne compte de sa spécificité, une « herméneutique des profondeurs » reposant essentiellement sur ce qu’il appelle la « compréhension scénique ». C’est ici la première fois qu’on traduit l’une de ses œuvres en français.




Les premières métapsychologies de Freud
Montréal : Éditions Liber, collection « Voix Psychanalytiques », dirigée par Michel Peterson, avril 2010.

Freud commence comme chercheur de laboratoire en neuropathologie qui travaille sur les tissus nerveux, il finit comme celui qui écoute et déchiffre les «romans» personnels de ses patients. Ce passage ne va pas de soi. Pour reprendre une ancienne distinction épistémologique, Freud passe d une science de la nature, c est- à-dire d une science nomothétique, à une science idiographique, une science historique. 
Au cours de ce passage, il doit composer avec les connaissances neurologiques qui sont les siennes, les modèles explicatifs et les métaphores neurologiques dont il dispose, avant d inventer d autres modes d explication. Entre 1891 et 1896, il expérimente donc incessamment: un modèle explicatif se substitue à un autre, puis un nouveau modèle apparaît et refoule les autres pendant quelque temps ou les complémente pour être rejeté ou simplement oublié quelques mois plus tard. Il tâte, va et vient, reprend, laisse encore. Il se fourvoie, revient sur ses pas, se précipite dans des spéculations parfois fabuleuses. 
La psychanalyse n'est pas sortie tout armée sous le coup d une inspiration soudaine. C'est ce parcours de chercheur que suit pas à pas cet ouvrage, des travaux sur l'aphasie jusqu à l'Esquisse pour une psychologie scientifique, dégageant au fur et à mesure les modèles que Freud a successivement proposés pour décrire les premières «compréhensions psychologiques» qui, les unes plus les autres moins, alimenteront la théorie psychanalytique ultérieure.